Alain Cornély Praticien Psychothérapeute Animateur

Créateur et Enseignant la Relation d’Ecoute Cesoramalainc

Grâce à Mayi ma seconde Maman,  j’ai connu l’Écoute qui m’a imprégné sans  le Savoir, dans la Peur de Mourir dune grave maladie à 7 ans.

Mayi m’a donné le goût de Vivre en m’affirmant que « non », « j’allais vivre ».

Elle m’a communiqué sa foi au-delà du diagnostic du médecin. Mes parents avaient accepté le diagnostic et, de bonne foi, m’annonçaient clairement avec tendresse de me préparer à ce retour prématuré…

Et  dans cette même période j’ai regardé, j’ai vu, j’ai entendu que j’appartenais à un rang élevé quand  j’étais à côté de la Grande Dame qu'était ma Grand-Mère et que, dans un espace très court de temps et de distance, je pouvais devenir un merdeux, un moins que rien non seulement démuni de toute considération mais considéré comme importun et j’en étais sidéré.

Ébloui par ces regards convergents et contradictoires, j’étais comme le petit écureuil fuyant dans la forêt profonde en étant sans le savoir dans une forme d’écoute…

Puis adolescent de 1940 à 1944, je vis une autre écoute dans la période de l’occupation allemande, je survis avec deux cartes d’identité, une vraie et une fausse en même temps et je perçois l’humain qui se déclare sous l’uniforme SS, celui de la Wehrmacht et la peur engendrée dès que la couleur apparaît.

Mais sous l’habit civil, ce n’est pas plus sûr, il peut se cacher le collabo ou simplement la bêtise…         

Dans mon regard d’adolescent qui lisait à l’époque Terre des Hommes de St Exupéry qui précéda la publication du Petit Prince en 1944 s’installait un autre Regard qui tentait de relier le Beau, le Vrai, l’Être avec l’épouvantable et l’inadmissible qui vous persécute et des moments où se continue comme un regard conscient mais passif relié à plein de bonnes intentions coupées d’une possibilité de s’incarner dans le présent....

Après l’expérience de la présence de l’uniforme de l’occupant qui me fait peur et me pousse à me cacher pour survivre, je fais, inconsciemment, celle de me cacher autrement. Cette fois c’est moi dans l’uniforme, celui de la marine nationale au Vietnam. Au-delà d’une épreuve reliée aux hommes et à la mer je suis invité à rester debout dans l’épreuve.

Les conditions ont changé, elles sont matériellement plus confortables, c’est un autre décor, je ne suis plus sous la menace d’être déporté, je suis du côté de l’occupant, même si, Dieu merci le comportement des forces françaises n’ont rien de celui de SS… Mais je ne me sens pas toujours à l’aise avec ceux dont je porte le même uniforme. Je vis d’autres relations heureusement apparemment différentes de l’enfer vécu peu de temps auparavant, mais mon regard et mon écoute restent piégés dans l’univers de la dualité « dominant/Dominé » où, dès qu'on se revêt de « l’uniforme » et plus particulièrement celui «  de guerre, quel qu’il soit », on rétrograde vers « l’animalité ».

Mon regard après s’est porté sur l’Autre dans une relation commerciale et de là sur l’Autre en moi pour comprendre… Et mon regard et mon écoute changent de plan, la connexion est reliée à une autre recherche spirituelle restée, jusque là en toile de fond, je découvre Carl Rogers et « le growth »… Mon regard se porte autrement…

Puis un drame, avec la perte de ma première fille tuée par un motard en pleine ville 2 mois avant ses 17 ans me propulse au-delà de mes idéaux vers une Autre Vie, un Autre cheminement avec une psychanalyse jungienne et la possibilité de me remettre « debout » en étant centré avec la rencontre de K. Durckheim et parallèlement l’expérience du Tai chi et du Kyudo (tir à l’Arc zen).

Après avoir eu 3 fils, j’ai une deuxième fille dans un deuxième mariage avec qui se déroule cette deuxième période d’évolution… parallèlement à ma pratique de psychothérapeute et de formateur à l’écoute dans la relation Orientée sur l’Autre et le Monde que je définis sous le concept de l’Écoute Cesoram dans mon dernier livre : « Le Regard de l’Écoute ».

Parallèlement se déroule mon évolution avec ma manière de me nourrir et de respirer. Je cesse de fumer, je deviens végétarien puis végétalien, je découvre grâce à Meyriem ma 2ème fille, Jasmuheen avec le livre «Vivre de Lumière ».

Je vis une première expérience de 38 jours de vie sans « manger » au mois d’Août 2000 dont la 1ère semaine, sans boire. Je suis passé de 72 à 52 kg le poids que j’avais à la Libération en 1944 ?

Cela m’interroge et me fait découvrir un autre sens des problèmes de la faim dans le Monde, je me propose d’en parler dans un autre ouvrage prochainement.

La base de mon choix n’est pas juste, je dois arrêter.

Quelques années auparavant, j’avais découvert une autre voix pour me nourrir avec la « Claire Lumière » avec Andrée Schlemmer(*) qui m’a accompagné avec une grande délicatesse pendant de nombreuses années et m’a fait découvrir les « couleurs lumières » ces êtres refoulés ou ignorés dans un univers de couleurs sombres, grises où l’on se revêt du camouflage avec le refus d’annoncer la couleur.

Meyriem me fait découvrir fin 2006 Transparence II écrit par Reine Claire et Gaal. Je découvre une autre voie pour se nourrir  de « Claire Lumière » ou de  Prana conscient… Je précise avec la conscience, car en fait tout le monde se nourrit de Prana… Ce qui change sa valeur c’est le passage du prana inconscient à celle de « prana conscient ».

Je vis ainsi jusqu’à fin 2012 et depuis je vis et me nourris en fonction de mon ressenti qui s’affine avec la qualité de mon écoute Cesoram.

C’est cette forme d’écoute et de centrage quotidien que je vis chaque jour dans les stages et les accompagnements que la vie continue de m’accorder chaque jour et que je partage mon dernier livre : « Le Regard de l’Écoute ».

 

* J’emprunte ce terme à Andrée Schlemmer qui a écrit « Vivre mieux par les couleurs »

 

  • 2 route de Provins
    74940 Annecy le Vieux

  • Téléphone:
    04.50.23.78.34

  • Email :
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Se connecter